Accueil | L’alimentation méditerranéenne
 
 
 
ico

L'alimentation méditerranéenne

 

Le secret de l’alimentation Méditerranéenne

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les populations méditerranéennes sont beaucoup moins sujettes aux maladies cardio-vasculaires, aux cancers, à l’obésité…
que les populations du nord de l’Europe. Les nutritionnistes ont prouvé scientifiquement que les effets bénéfiques provenaient de l’alimentation et non du climat ou de la génétique.
Le modèle alimentaire méditerranéen est caractérisé par une consommation de produits céréaliers, de légumineuses, d’huile d’olive, de vin, de plantes aromatiques, de légumes et de fruits frais peu caloriques mais très denses en micronutriments. Mais également par une faible consommation de viande rouge sauf viande ovine, du poisson, très peu de lait et de beurre mais du fromage et des yaourts.

Nous vous présentons ci-dessous les qualités nutritionnelles des produits phares des agriculteurs de la marque.
Pour en savoir plus sur l’alimentation méditerranéenne et sur les autres aliments qui la composent, vous pouvez télécharger ici la brochure (PDF) L’alimentation méditerranéenne du Conseil régional PACA.

L’huile d’olive :

huile1

De toutes les graisses alimentaires, l’huile d’olive est la plus riche en acides gras monosaturés (70 % environ) dont le principal représentant est l’acide oléique. Elle possède aussi des acides gras polyinsaturés principalement l’acide linoléique. L’huile d’olive est la seule qui se consomme directement sans avoir été raffinée. C’est la seule parmi les grandes huiles alimentaires à contenir les polyphénols. Outre les antioxydants d’origine phénoliques, elle contient ceux de la vitamine E.

Le vin :

vin1

Le vin n’est pas seulement un mélange hydroalcoolique, c’est un produit complexe riche en un millier de constituants (sucres, polysaccharides, alcools, glycérol, acides organiques, matières minérales, azotées, polyphénols, vitamines, et plus de 500 composés aromatiques). Les composés phénoliques interviennent dans la qualité organoleptique des vins mais ils ont également un pouvoir antioxydant très puissant qui se traduit par une activité piégeuse de radicaux libres très supérieure à celle de la vitamine E.

Les fruits et légumes :

legumes1

Une portion de légumes crus ou cuits (environ 200g) ne compte que 30 à 80 kcalories environ. Ils apportent donc peu d’énergie, mais une quantité importante d’éléments protecteurs : vitamine A (carotte, brocolis, épinards, tomate, poivron jaune et rouge, persil, melon, l’abricot, la pêche jaune, la poire, la prune …), vitamine C (fruits, légumes verts, pomme de terre, tomate…), vitamine E (tomate, avocat, asperge, choux, persil…), polyphénols, minéraux, oligo-éléments…

Les plantes aromatiques :

aromates1

Les aromates ont une densité nutritionnelle exceptionnelle. L’intérêt des scientifiques se porte plus particulièrement sur leurs propriétés antioxydantes qui offrent un intérêt d’un point de vue de la supplémentation en antioxydants de l’alimentation. Ils pourraient moduler les conséquences des dommages oxydatifs qui interviennent dans l’organisme par une action synergique avec les défenses naturelles.

- Le basilic :
riche en phosphore 69 mg/100g, en calcium 154 mg / 100g, en potassium 462 mg/100g.
Le basilic est antispasmodique et digestif.

- Le persil :
riche en sodium 44mg/100g, en potassium 800mg / 100g, en vitamines C 200mg / 100g (assimilation du fer), en vitamines B9 ou acide folique 170 mg/100g.

« De tes aliments, tu feras une médecine ». Hippocrate

Voir les commentaires